Home // Blog // À quoi pourrait ressembler le métagame des SWC 2018 ?

Les SWC ou Smite World Championships arrivent cette semaine. Que va-t-on soir ? Qu’en pensez-vous ? Nous avons déjà quelques pistes…

Cet article vous est proposé par Malo Gueant, n’hésitez pas à donner vos avis en commentaires !

Cet article se basera sur ce qu’on a pu observer aux dernières Super Regional pour essayer de donner un aperçu de ce que pourrait être le métagame des Worlds 2018. Ces estimations peuvent évidemment s’avérer complètement fausses, personne ne sachant ce qui se passe pendant les scrims des équipes qualifiées, mais les patch d’équilibrage depuis les Super Regional n’ont apporté qu’assez peu de changements majeurs, aussi devrait-on avoir un style de jeu assez proche de ce qui s’est vu aux Super Regional. La jurisprudence Worlds 2017 (où le méta avait été bouleversé énormément par rapport aux Super Regional) reste toutefois en vigueur, aussi nous vous prions de ne pas nous sauter à la gorge si nos estimations s’avèrent complètement fausses !

I Le style de jeu

Depuis le patch de mi-saison et, notamment, le nerf de la Gold Fury, le snowball a été fortement réduit et, si la pressure est toujours aussi importante qu’avant, les games se décident plutôt pendant le midgame, notamment via les deux premières Gold Furies de la partie, toujours aussi décisives après une quinzaine de minutes de jeu. Le gros de l’attention des joueurs reste cependant concentré en early sur la partie Fire Giant de la map, et notamment sur le duo jungle-solo sur lequel se jouent énormément de games et où les teams essaient de draft la plus grosse pressure. Ceci est dû en grande partie à la valeur du speed buff, les 25% de movement speed qu’il offre n’étant pas vraiment concurrencés par le red et le purple buff de l’autre côté, ainsi qu’à la fréquence du repop des Fire Elements, qui permettent de gagner un lead substantiel sur l’adversaire s’ils sont récupérés à chaque fois. L’autre élément qui explique cette attention générale portée à ce côté de la map est, selon certains pros, l’impossibilité de stopper un solo-laner ayant plusieurs niveaux d’avance sur son adversaire, quand un adc, même avec un gros lead, peut toujours être puni dans un teamfight.

On observe toutefois des nuances importantes de style de jeu entre l’Europe et l’Amérique du Nord dans ces domaines. Les quatre équipes Européennes qualifiées ont en effet montré un style de jeu bien plus passif que les deux équipes Américaines aux Super Regional, les games Européennes finissant en général avec beaucoup moins de kills et bien plus de farming que de fights en early game. L’extrême est sans doute ici l’exemple d’Elevate, seule team à privilégier un solo-laner avec peu de pressure et à abandonner complètement cette lane, n’hésitant pas à prendre le risque d’être derrière en terme d’XP/gold en faisant confiance à la force de leurs compositions en late-game. Au contraire, la finale Américaine des Super Regional entre Luminosity et E-United à entièrement tournée autour de drafts orientés pressure sur toutes les lanes, avec beaucoup plus de fights en early, notamment dans le 2vs2 solo-laner/jungler.

II Les starts

Aux Super Regional, la grande majorité des équipes choisissaient d’abandonner les deux adc à leurs sorts dès le début de la game et de se focaliser sur la mid et la solo-lane, créant une méta qu’on appelle schématiquement 1-2-2 : l’adc tout seul sur la duo-lane, le support et le mid sur la mid-lane, et le fameux duo jungler/solo sur une solo-lane dont il faudrait peut-être repenser le nom.

Si le duo mid-support commence presque exclusivement sur la wave avant de s’orienter vers les camps neutres (Fire Elements, mid-harpies) ou leurs buffs(red&speed), les autres lanes ont des starts plus différenciés. Il arrive en effet souvent que les adc commencent sur le red buff plutôt que sur la lane, et même chose pour la solo-lane ou on voit même assez régulièrement des invades sur le blue ou le speed buff adverse avant la première vague.

Une variante du méta 1-2-2 consiste également à inverser le rôle du support et de l’adc, dans le cas où le premier n’a que peu de pressure et où le second a un excellent wave clear au niveau 1. Il est donc possible de voir l’adc et le mid commencer ensembles sur la mid-lane, tandis que le support de cette équipe essaie d’empêcher le plus possible l’adc adverse de farm.

Une des seules exceptions notables de ce méta semble avoir été encore une fois les games d’Elevate, dont le but était de mettre leur adc français Jermain devant le hunter adverse en commençant avec une duo-lane classique et un start 2-2-1, laissant leur solo-laner se débrouiller avec des picks comme Xing Tian très efficaces même en étant derrière.

III Les picks&bans

Cette partie reste la plus susceptible aux gros bouleversements, les pros changeant régulièrement leurs points de vue sur certains picks. Certaines choses devraient néanmoins rester constantes, et l’idée sera ici de donner un top 5, pour chaque rôle, des picks qu’on risque de voir le plus, ainsi que quelques mentions honorables. Gardez en tête que ces listes restent en grande partie arbitraires, notamment dans leur ordre, et que chaque team peut prioriser des picks différents.

A. Les ADC

1)Ull

Déjà pas mal joué aux Super Regional, Ull devrait sans doute être un des picks et surtout des bans les plus fréquents de ces Worlds. La grande majorité des analystes et des pro-players considèrent qu’il à été beaucoup trop buffé et il s’agit même, pour certains, du meilleur Dieu du jeu dans le méta actuel. Attendez-vous donc à voir beaucoup ce nom apparaître pendant les picks&bans, mais à peu le voir en jeu du fait des nombreux bans dont il devrait être l’objet.

2)Ah Muzen Cab

Toujours inchangé, toujours un top pick depuis le Fall Split, AMC devrait sans doute être le hunter le plus en vue si Ull ne passe pas la phase des premiers bans. Probablement le hunter possédant le meilleur clear et un des meilleurs potentiels en 1vs1, on devrait sans doute en voir un certain nombre sur la mid-lane en plus du rôle d’adc.

3)Hachiman

Loin derrière les deux premiers adc cités, Hachiman reste cependant le même qu’aux Super Regional et devrait être beaucoup joué quand Ull et AMC ne sont plus libres. Son objective control grâce au boost d’attaque speed de son 2 ainsi que sa survivabilité excellente en font un des picks les plus fiables de ce méta.

4)Houyi

Le Dieu avec le plus haut taux de picks and ban du Fall Split devrait sentir passer son nerf ne lui permettant plus de clear les camps de jungle aussi rapidement. Son teamfight reste cependant toujours aussi fort et il garde la capacité de one-shot quelqu’un via un Ricochet bien placé, aussi devrait-il rester un pick très en vue pendant les Worlds.

5)Izanami

Encore un cran en-dessous des autres hunters de la liste, Izanami offre cependant un avantage auquel ni Houyi ni Hachiman ne peuvent prétendre : un early clear démentiel. Si son late-game est également démentiel en terme de dégâts, elle a néanmoins du mal à concurrencer l’ulti d’Houyi et la survivabilité d’Hachiman dans les teamfights, aussi devrait on surtout la voir dans des duo lanes très orientées pressure, accompagnée par exemple d’un Sylvanus.

Mentions honorables : La plupart des hunter sont actuellement plus que viables, à l’exception notable de Xbalanque dont l’early game est vraiment trop faible pour ce méta. Anhour devrait être l’alternative spécifique des teams voulant un adc très fort dans les fights early-mid game, tandis que des Dieux comme Jingwei ou Cernunnos devraient être des picks qu’on apercevra surtout quand le top 3-4 de la liste précédente sera ban. Il est très improbable qu’on voit beaucoup de mages ADC lors des Worlds, à l’exception notable de Chronos qui reste LE pick d’Emilitoo, l’ADC des NRG qui défendront leur titre de champion du monde.

B. Les supports

1)Fáfnir

Malgré ses nerfs successifs, Fáfnir reste toujours aussi monstrueux et survit à tous les métas. Il le fera à priori d’autant plus dans un méta où les hunters sont excellents et éclipsent bien souvent les mages, le gardien Nordique pouvant se targuer d’être à la fois excellent pour accompagner un hunter et très fort contre ceux de l’adversaire. Il ne devrait cependant pas être considéré comme une menace assez grande pour être constamment first ban, aussi devrait on voir beaucoup de Fáfnir joués pendant les Worlds.

2)Sylvanus

Le gardien Romain est sans doute un des seuls picks très joués dans le rôle de support à pouvoir se targuer d’avoir une tel early pressure. Plutôt absent du summer-split après ses nerfs, il est revenu au fur et à mesure du Fall Split jusqu’à devenir un des top picks du méta. Le sustain est toujours très efficace à niveau pro, où les teams savent mieux que nous se regrouper après un peu de poke pour mieux contester un objectif, et son ulti est exceptionnel dans un méta où Blink est une si bonne relique.

3)Ganesh

Absolument inchangé depuis sa sortie, Ganesh reste, tout simplement, un excellent support. Moins agressif que la plupart de ses concurrents de la liste, il est davantage tourné vers la protection de sa backline. Son ulti reste cependant dévastateur quand on le combine avec certains picks, comme Houyi ou Zeus. Il est intéressant de constater cependant que les Européens semblent donner moins de crédit au Dieu Hindou que les Américains, région où il est régulièrement first ban et où il est moins courant de voir Sylvanus.

4)Geb

Malgré la facilité que peuvent avoir des équipes pro à tuer un Geb en early game, et la faiblesse de son clear, la place dans le méta du gardien Egyptien est restée relativement stable depuis le Summer Split. Tout comme Sylvanus, il bénéficie particulièrement d’un Blink très accessible dans ce méta ou les solo laners voire les junglers peuvent facilement compenser l’absence d’un Sprint chez un support.

5)Athéna

Athéna reste globalement très en-dessous des quatre gardiens cités, qui sont de plus assez peu bans dans le méta actuel, aussi ne devrait-on pas en voir non plus énormément, mais elle reste tout simplement un pick très solide. Son manque de peel peut être un problème mais aucun Dieu dans le jeu ne crame des beads aussi régulièrement qu’Athéna, aussi brille-t-elle particulièrement dans certains compositions très agressives. On a, à l’instar de Sylvanus, surtout affaire ici à un pick Européen, les équipes Américaines ignorant beaucoup plus ce support très agressif.

Mentions honorables : Artio n’est pas dans la liste tout simplement parce qu’elle devrait plutôt être vue en tant que solo-laner, voir jungler, que support, bien qu’elle sera sans doute présente dans ce rôle quelques games. Xing Tian, de la même façon, est surtout un solo-laner, mais peut-être un très bon pick support dans certains compositions. Sobek devrait être LA solution de rechange si beaucoup de gardiens sont bans, tandis qu’Ymir et Arès sont jouables, mais seulement face à des compositions très spécifiques. Dardez et Emilzy étant présents aux Worlds, on peut également s’attendre à voir un certain nombre de Nox et de Hel supports.

C. Les mid-laners

Dans ce méta où la plupart des équipes jouent avec trois frontliners, les mid-laners doivent être capables, dans les teamfights, soit d’atteindre la backline adverse malgré le mur que représente leur frontline, soit de démolir ce mur en jouant des picks particulièrement efficaces pour tuer des tanks.

Les mages n’ayant franchement pas beaucoup la cote ces derniers temps, la plupart des ADC que nous avons déjà cités sont parfaitement susceptibles d’être joués sur la mid-lane, notamment par Elevate qui a obtenu sa qualification grâce à une composition triple gardien-double hunter. Pour ne pas faire doublon, cette liste s’en tiendra donc aux mages.

1)Raijin

Le maître du tonnerre est de très loin le meilleur mage du jeu à niveau pro. A l’exception de Dieux ayant beaucoup plus de défauts, tels Anubis ou Isis, aucun mage ne peut offrir autant d’early pressure que Raijin, ce qui reste extrêmement important dans ce méta. Plutôt safe, il a assez de range notamment via son ultimate pour atteindre les carries adverses même face à une frontline très dense. Raijin n’a actuellement aucune vraie concurrence sur la mid-lane, du moins pas parmi les mages. Attendez-vous donc à le voir ban régulièrement et pick encore plus.

2)Sól

Sól est, dans les teamfights, presque l’inverse de Raijin : très loin d’avoir la range suffisante pour atteindre facilement les carries adverses, son passif lui permet toutefois de détruire la frontline adverse grâce à son boost d’attaque speed. Le deuxième meilleur mage du jeu doit donc sa place dans le méta au fait de se comporter, dans bien des teamfights, comme un hunter. Son early game est néanmoins très loin d’égaler celui de Raijin, bien qu’elle soit sans doute au moins aussi safe, aussi la plupart des équipes devraient-elles ne la pick qu’après le mage Japonais.

3)Morrigan

Morrigan est un de ces Dieux dont le potentiel est incroyable à niveau pro. Pour peu qu’une team ait une idée derrière, elle peut parfaitement être LA première priorité de cette équipe pendant tous les Worlds. Son early clear est suffisamment bon pour être viable, mais son défaut notoire est de ne pouvoir réellement fight, dans les 20 premières minutes d’une game, que lorsque son ultimate est disponible, alors même qu’il est sur un CD particulièrement long. En late game, son invisibilité lui permet d’infiltrer la backline adverse et de tout simplement la détruire grâce à son combo 1-2, ce qui la rend particulièrement dangereuse. A niveau pro, la plupart des Morrigan sont combinées avec un jungler très agressif avant de pouvoir dive en même temps la backline adverse via la transformation de la Déesse Celtique : attendez-vous à faire des cauchemars de double ultis Ratatosk.

4)Thot

Il n’y aurait, à cette place, presque rien à mettre tant le fossé est vaste entre les trois picks que nous venons de citer et le reste du méta. Beaucoup d’autres mages sont jouables, mais seulement dans une composition et une stratégie spécifique. Thot a contre lui un early game désastreux qui le rend difficile à jouer dans un méta où on demande beaucoup de pressure aux mid-laners. Cependant, s’il a pu passer cette phase difficile du jeu sans être trop derrière, il touche le jackpot après 20minutes de jeu. Un bon Thot peut carry des teamfights late-game à lui tout seul : sa range exceptionnelle lui permet d’ignorer la frontline adverse pour one-shot directement les carries. Il s’agit donc d’un pick risqué dans ce méta, mais toujours très viable et qu’on devrait voir au moins un peu.

5)Janus

Loin lui aussi d’être un top pick, Janus reste cependant absolument unique et a de solides raisons d’être vu aux Worlds. Son early game n’est pas aussi mauvais que celui de Thot, mais il est très loin de briller dans ces phases de jeux. Son gros avantage est évidemment sa mobilité, à ne pas sous-estimer dans un méta où les ADC ont l’habitude d’être laissés tous seuls toute la game et à farmer en paix : Janus est sans doute le seul mid-laner qui peut facilement se permettre de punir un adc trop agressif via des ganks réguliers. Dans les teamfights, sa mobilité exceptionnelle lui permet évidemment d’atteindre la backline adverse sans trop de soucis.

Mentions honorables :

Beaucoup d’autres picks sont, en réalité, parfaitement viables dans ce méta ; cependant ils sont pour la plupart trop situationnels pour avoir été cités dans cette liste. Mentionnons quand même Vulcain et Zeus, dont l’early game peut s’avérer compliqué et qui ne sont pas les plus safes mais peuvent toujours détruire la frontline adverse. Isis et Poséidon, quant à eux, ont une early pressure similaire à celle de Raijin, mais sans avoir son teamfight ; ils compensent notamment par un objective secure bien meilleur et, dans le cas de Poséidon, un cripple qui peut ruiner certains assassins.

D. Les junglers

La jungle est sans doute le rôle où les picks sont les plus diversifiés et où les joueurs ont la plus grande latitude en terme de godpool. La saison 4 aura clairement vu les warriors dominer ce rôle malgré de multiples nerfs, et les Worlds ne devraient pas faire exception, même si certains assassins devraient faire leur retour grâce aux buffs de certains de leurs items. Le mot-clef de cette liste sera, encore une fois, pressure, les picks présentés ayant presque tous un très gros early game.

1)Ratatosk

Dans ce méta à trois frontliners, le petit Ratatosk est sans doute l’assassin qui s’en sort le mieux grâce à l’énorme prot shred sur son 2 qui lui permet de build tanky sans perdre trop de dégâts. Son early game reste comme toujours excellent grâce à sa capacité à upgrade ses bottes sans backer et il est un des rares junglers à pouvoir facilement ganker la duo-lane grâce à son ultimate. Son team fight, s’il n’est pas aussi bon que des picks comme Thor ou Hun Batz, reste excellent et extrêmement versatile grâce à son nombre élevé de CC. Bref, on devrait voir beaucoup de Ratatosk dans la première phase de pick des Worlds, malgré un certain nombre de bans.

2)Rāvana

Depuis le changement sur son ultimate, Rāvana ne cesse de dominer la jungle malgré ses multiples nerfs. Sa facilité à poke et à obtenir ainsi de la pressure dans les 2vs2 lui donne un early game imbattable et son ultimate est un petit bijou en teamfight. Son 2 le rend extrêmement difficile à peel lorsqu’il dive la backline en compagnie d’un solo-laner et est le cauchemar de tous les mages. Les deux équipes Américaines se rendant aux Worlds, en particulier, devraient faire de Rāvana une priorité dans la jungle.

3)Serket

Tout comme Ratatosk, Serket est un des assassins ayant facilement pu s’adapter à ce méta tanky grâce aux true damage de son ultimate et aux dégâts par pourcentage de son passif, qui lui permettent de partir sur des builds très défensifs tout en ayant encore le potentiel pour tuer un squishy. Il s’agit également d’un des Dieux du jeu ayant le plus de chances de vous tuer au niveau 2-3, ce qui laisse peu de marge à vos adversaires pour des plays agressifs en early. Son teamfight, cependant, est un peu plus faible que d’autres picks, notamment de par la facilité qu’ont les carrie à la tuer pendant son ultimate.

4)Némésis

Même rengaine que les autres assassins de cette liste : son ulti et son kit particulièrement safe et tanky lui donnent une grande variété de builds et une grande facilité autant à tuer la frontline adverse qu’à trade avec les hunter overfed du méta. Son early pressure n’est sans doute pas, cependant, au niveau de ses concurrents, bien qu’elle soit loin d’être atroce, notamment avec le Pendentif. Némesis reste donc un pick extrêmement solide qu’on pourrait même voir bien plus que prévu du fait du risque de voir des compositions à trois gardiens pendant les Worlds.

5)Odin

Odin récupère la dernière place de la liste, mais aurait tout aussi bien pu être remplacé par n’importe quel warrior : au-delà des quelques assassins présentés dans la liste, c’est en effet bien cette classe qui domine le méta. Odin, cependant, a l’avantage d’avoir, comme jungle, plus de kills potentiels en early que la plupart des warriors, un excellent objective control (il est courant de voir une cage bien placée bloquer l’accès de l’équipe adverse à la Gold Fury, par exemple), et d’être un excellent contre à beaucoup de picks très forts dans ce méta (des Dieux comme AMC, Morrigan ou Sylvanus souffrent tous énormément face à l’ulti d’Odin).

Mentions honorables :

Côté assassin, on ne peut jamais négliger des picks comme Thor et Hun Batz qui ne devraient pas être des priorités des teams pendant les Worlds mais qui ont toujours pour eux un teamfight excellent. On devrait donc les voir régulièrement notamment si plusieurs assassins sont déjà bans. Même chose pour Nezha, qui est la solution de repli parfaite en cas de ban Serket/Ratatosk puisqu’il fonctionne sur le même procédé : build tanky grâce à la prot shred de son 1 et au set-up de son ultimate. Difficile, enfin, de déterminer la place dans le méta de Fenrir et Daji, buffs après les Super Regional et dont il est donc ardu de parler.

Côté warriors, à peu près tout les top picks de la solo-lane seront viables en jungle et beaucoup vus afin, notamment, d’empêcher l’adversaire de les picks pour eux même. Les rares warriors qu’on n’a pas du tout vu en jungle cette saison sont Hercule, Týr et Guan Yu ; on peut s’attendre à voir tout le reste.

Enfin, avec la présence aux Worlds de Cheryo, le jungler d’Elevate particulièrement connu pour ses gardiens, il faut s’attendre à voir quelques gardiens jungle. Les candidats les plus évidents sont Cabrakan, Artio et Athéna, mais il ne serait pas étonnant de voir quelque chose de moins conventionnel comme Ymir.

E. Les solo-laners

Si la solo-lane a été dominée presque exclusivement par des guerriers toute l’année, les Super Regional auront été marquées par le grand retour des gardiens. Difficile donc de savoir si l’hégémonie des guerriers se poursuivra ou si la balance sera davantage rétablie pendant les Worlds.

1)Cùchulain,

Depuis sa sortie et malgré quelques nerfs, Cùchulainn domine le méta. Presque impossible à fight au niveau 2 auquel il se transforme systématiquement, il garantit donc presque à lui tout seul des invades dans les 2vs2 solo-jungle. Si, par la suite, il n’est pas non plus le meilleur pick pour fight en 1vs1 pour la solo-lane, il n’a néanmoins que très peu de mauvais match-up. Pour peu qu’il se transforme au bon moment, il est absolument monstrueux en teamfight, se montrant un véritable enfer à peel grâce aux deux CC immunity de son kit et la movespeed de son 2. Attendez-vous à voir beaucoup de bans pour ce guerrier dès la première phase. Toutes les équipes ne le jugeant pas néanmoins aussi difficile à counter que d’autres, on devrait en voir un nombre très raisonnable pendant les Worlds.

2)Osiris.

La saison 4 fut la grande saison d’Osiris. Un petit buff de scaling et la compréhension par les pros de l’importance de la pressure sur la solo-lane l’a propulsé comme top pick. Ses principaux concurrents (Er Lang Shen et Bellone) ayant été nerfs plus drastiquement que lui, il est presque assuré de gagner tout ses matchs up 1vs1 et d’arriver dans les teamfights avec un lead. Le nerf de son 3 a néanmoins beaucoup affecté son teamfight, où s’il reste un des warrior les plus tanky du jeu, son manque de contrôle peut se faire ressentir. Il reste donc plus dépendant de sa capacité à gagner et conserver un lead que d’autres picks, mais aussi le meilleur pour y arriver. Au vu de l’importance accordée par les pros a la solo-lane, on risque encore de voir beaucoup de bans Osiris aux Worlds.

3)Artio

Nerfs après nerfs, Artio est toujours là, même si elle n’est plus aussi intuable qu’avant. Le rôle de solo-laner convient mieux au gardien Celtique pour pouvoir build la CDR et la pénétration dont elle a besoin, et devenir absolument infâme à gérer avec un lead. Il s’agit aussi d’un des seuls gardiens qui ne perd pas vraiment la pressure sur la solo-lane et qui démolit même certains matchs-up dont le clear est counter par le cripple d’Artio (pensons à Hercule ou Týr). Elle reste néanmoins très sensible aux crowd controls dans les teamfight, notamment à cause de son dash très facile à interrompre et qui peut la laisser vulnérable. Selon les teams, sa présence aux Worlds devrait osciller de perma-ban à pick uniquement dans certains matchs-up, le cripple permettant évidemment à Artio de ruiner de nombreux picks comme Serket ou Fenrir

4)Er Lang Shen

Considéré par beaucoup comme le meilleur warrior en début de Fall Split, le nerf de son 3 a néanmoins fait du mal à Er Lang Shen, qui redescend à la 4ème place de ce top. Il reste le second plus gros lane bully après Osiris, mais clear moins vite qu’auparavant et reste assez facile à punir de part son absence de CC immunity et la faiblesse de son escape trop facile à cancel. Son gros avantage est toutefois d’être un des warriors avec le plus de hard control, ce qui peut le faire privilégier par les pros dans une draft qui en nécessiterait beaucoup sur la solo-lane.

5)Hercule

Depuis le changement de son passif et de son 3 au premier patch de la saison 4, Hercule reste toujours une plaie à gérer. Peu de Dieux peuvent se targuer de snowball aussi violemment que le guerrier Romain, qui punira toutes les teams n’ayant pas build d’anti-heal en mid-game. La présence de Serket et Odin dans le méta, deux junglers qui peuvent le gank très facilement, le rend néanmoins difficile à jouer dans tout les matchs-up, et la plupart des top-picks de la solo le counter assez facilement via leur anti-heal ou leur cripple. S’il ne convient donc pas à tous les drafts et reste assez loin d’être un first pick, il reste néanmoins toujours aussi fort et on devrait voir une bonne quantité d’Hercule aux Worlds.

Mentions honorables :

Chac a connu une remontée très intéressante en Pro-League pendant le Fall Split en étant notamment souvent privilégié par Aquarius, le solo-laner des Luminosity. Son gros avantage est de pouvoir clear la lane très facilement même en 1vs2 et d’être assez indifférent aux ganks grâce à ses nombreux outils défensifs, permettant au jungler qui l’accompagne de se concentrer davantage sur d’autres parties de la map. Rāvana et Bellone restent des bullys moins efficaces qu’Er Lang Shen et Osiris, aussi ne devrait-on les voir que si ces deux-là sont bans. Encore que, avec un méta qui peut être remplie de hunter mid, on pourrait voir Bellone réapparaître.

Côté gardien, il faut s’attendre à voir un nombre tout à fait honnête de Xing Tian et de Cabrakan qui ont montré que, même s’ils souffraient en early face aux warriors, la qualité de leur teamfight mid-late game compensait largement. Dans la même optique, on pourrait voir Amaterasu ressurgir chez les warriors.

2 Comments SUR " À quoi pourrait ressembler le métagame des SWC 201... "

  • alt_example

    Createcraft 2 janvier 2018 at 11 h 45 min - Reply

    Wow pour une fois que tu fait un truc potable gg
    Mais sinon pour les pick support ou est ratio ou hel
    Artio est pas broken mais extrêmement forte dans cette méta de sustaine ou triple tank #StoneOfGai
    Et hel peux être counter pick mais si elle ne l’est pas c’est un monstre qui fait la game et pour Athena comme tu la dit elle est seulement un solid pick je voie pas pourquoi elle est la.

    Le top 5 supports d’après moi fafnir, geb, ganesha, Artio, le 5 a débattre hel/khepri/sylvanus

  • alt_example

    Malo Gueant 2 janvier 2018 at 16 h 08 min - Reply

    Salut Createcraft,
    Comme précisé, Artio n’est pas dans la liste des supports parce qu’elle semble, depuis sa sortie, être plutôt perçue par les pros comme un meilleur solo-laner que support, et que je ne voulais pas inclure un Dieu dans le top 5 de plusieurs rôles. Artio reste évidemment un très bon support et on devrait la voir plusieurs fois dans ce rôle mais je m’attends à la voir davantage sur la solo-lane ainsi qu’un petit peu en jungle.

    Hel n’a pas sa place dans un top 5 support si on se base sur le Fall Split et les Super Regional. Le seul joueur à vraiment la jouer depuis ses nerfs est Emilzy, et c’est en général un last pick quand il est sûr que Odin/Serqet/Sobek et autres sont bans. Oui, entre les bonnes mains et dans la bonne comp, elle est presque inarrêtable, mais ces situations sont trop rares pour qu’on la voit davantage que les picks que j’ai cité devant elles.

    Sylvanus est sans aucun doute dans le top 5 si on se fie aux Super Regional. Je t’accordes que le choix d’Athena est le plus discutable, et elle est clairement un cran en-dessous des autres support. Tes choix ne me paraissent cependant pas meilleurs : j’ai déjà expliqué pourquoi pour Hel, et on a franchement pas vu beaucoup de Khepri en pro-league récemment. Moins, en tout cas, que d’Athena.

Laisser un commentaire

masquer

Stream

Télécharger le jeu

YouTube

Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail
Slide thumbnail

Twitch App

Image Ask.fm Smite France
Image Ask.fm Smite France
masquer
Copyright Smite France © 2013-2018
×